Parole d’expert. Le Slip Français ou le renouveau du textile « made in France »

L’idée est simple et belle : produire en France des slips, puis d’autres sous-vêtements et vêtements pour hommes et femmes. Mais en 2011, elle n’a rien d’une évidence. La production textile française s’étiole en silence.

 

« C’est vrai, on est un peu précurseurs », dit Guillaume Gibault. « On est arrivés six mois avant tout le monde. Je cherchais une bonne idée pour créer une entreprise, une idée avec du sens. Je suis sensible aux marques dont l’ADN est très français, comme Lacoste, Petit Bateau, et je me suis rendu compte que la fabrication française était une valeur forte ».

 

Le made in France, un combat porteur

Un choix qui se révèle rapidement décisif : en 2012, Arnaud Montebourg pose en une du Parisien Magazine dans sa marinière Armor Lux et fait du « made in France » le cheval de bataille de son Ministère du Redressement productif. L’enjeu est démocratisé. « Il y a une tendance de fond qui nous porte depuis, c’est clair », dit Guillaume Gibault.

 

Autre intuition gagnante de l’entrepreneur : la mode homme se développe et évolue. « Le marché de la mode homme s’est transformé ces dix dernières années, on est aujourd’hui dans une démarche plus globale » qui profite à l’entreprise. Une analyse que l'entrepreneur développera au Festival des entrepreneurs, Impulsion business, les 18 et 19 octobre prochains.

 

Le produit idéal, celui qui se vend sur Internet

Pour autant, le succès du Slip Français, c’est d’abord d’avoir su créer le produit idéal. Un beau produit, bien conçu et réalisé avec des matériaux de qualité, « un produit qu’on a envie d’acheter et de ré-acheter ». Et même d’offrir : la marque fait 40% de son chiffre d’affaire annuel en novembre et décembre.

 

Le produit idéal, c’est aussi celui qui peut se vendre facilement sur Internet. « Un slip, c’est petit, léger, et, en ce qui concerne les hommes en tout cas, ça ne s’essaye pas. C’est le produit idéal sur Internet » explique Guillaume Gibault. Car le secret du Slip Français est là : réduire les coûts en écoulant directement la production via la boutique en ligne (70% du chiffre d’affaire). « On a pris le virage de la distribution web, une vraie disruption dans un marché d’acteurs traditionnels ».

 

Enthousiasme et optimisme sont de mise

L’équipe de 50 salariés parisiens, d’une moyenne d’âge de 27 ans, a su parfaitement exploiter les leviers du webmarketing et des réseaux sociaux, très suivis (près de 250 000 fans sur Facebook). Elle a développé une vraie culture web, souvent drôle et impertinente, toujours directe et spontanée.

 

Une bonne humeur et un enthousiasme jugés primordial par le patron, dans un secteur difficile, constitué de petits ateliers fragiles. « Il y a une vague de fond énorme dans le textile en France », dit Guillaume Gibault. « Dans les années 1970, il y avait 460 000 emplois textiles en France, en 2012 il n’y en avait plus que 58 000. ». Dans ce contexte, « arriver avec de la fraîcheur, de la jeunesse, de l’énergie, c’est essentiel. On transmet notre bonne humeur aux usines partenaires, et au final, c’est elle aussi que le client ressent ».

 

C’est aussi le message qu’il transmettra aux entrepreneurs d’Impulsion Business : « Ne jamais lâcher. Tout est possible, au pire on se plante et ce n’est pas grave ».

Publication des dernières offres
Actuellement , 0 offres sont accessibles.